TGV pendulaire, un enjeu crucial pour le Limousin

La majorité régionale de gauche : ADS, PS, PC, Verts, Ecologistes.

Réunis à Paris le 27 octobre dernier, les présidents des Régions Centre, Limousin et Midi-Pyrénées ont réaffirmé leur volonté de voir aboutir le projet de TGV pendulaire entre Paris, Orléans, Limoges, Brive, Cahors et Toulouse (POLT).

Comme eux, nous n'acceptons pas la décision du gouvernement d'aban­donner le TGV pendulaire sur la ligne POLT, et nous nous associons aux propos tenus ce jour-là par le président Jean-Paul Denanot.
Comme il l'a rappelé, « le temps de la sou­mission à des choix arbitraires est aujour­d'hui terminé... ». D'ailleurs, de quels choix, de quelle décision parle-t-on? Où est la déci­sion?... Nous voudrions bien la connaître car nous sommes toujours et encore : · soit dans l'implicite, le non-dit si l'on se réfère aux conclusions du Comité Intermi­nistériel d'Aménagement et de Développe­ment du Territoire (CIADT) du 18 décembre 2003: poursuite des travaux d'amélioration de l'infrastructure, expérimentation commerciale du TEOZ, étude de l'interconnexion au réseau TGV classique... des interrogations sur le TGV pendulaire pour l'enterrer sans le dire ouvertement, et surtout cette lettre de M. Raffarin à Mme Chirac... le 1 er mars 2004 promettant un TGV Poitiers-Limoges pour 2014... peut-être! · soit dans le secret puisqu il paraît qu'obtenir le procès-verbal ou le relevé de décisions d'un CIADT relève « du secret des délibérations du gouvernement » et c'est une commission soi-disant indépendante: la Commission d'Accès aux Documents Administratifs C.A.D.A.) - qui le cht.., les choix majeurs d'aménagement du territoire relèvent donc du secret... C'est certai­nement cela la démocratie aujourd'hui en France : le « fait du Prince » · soit dans la contradiction ou la confusion pour ne pas dire la cacophonie puisque selon M. Gallois, Président de la SNCF dont l'État - le gouvernement - est l'actionnaire unique, qui s'exprimait le 21 juillet 2004 devant la Commission des Affaires Écono­miques de l'Assemblée Nationale : Les trains pendulaires, plus rapides que le TEOZ, pourront être utilisés sur la ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse lorsque la mise aux normes de celle-ci sera effectuée (I!!), la vitesse de circulation des rames dépendant de la qualité des infra­structures; l'édification d'une ligne rapide entre Poitiers et Limoges a fait l'objet dune étude préliminaire de la part de RFF, mais conformément aux décisions du dernier CIADT, de nombreux projets doivent être traités en priorité ». Alors qui dit vrai dans tout cela? Qui croire? M. Gallois ? M. Raffarin? Mme Chirac? Le CIADT qui ne dit pas grand-chose si ce n'est, implicitement mais c'est pour nous capital, que le TGV pendulaire est abandonné. Finalement, peu importe la forme de l'aban­don... Nous n'acceptons pas cette mascarade, cette pseudo-décision qui, pour nous, en est bien une... ...C'est pourquoi, nous soutenons les présidents Denanot, Malvy et Sapin qui ont décidé, ensemble, d'utiliser toutes les voies de droit qui leur sont offertes : · en premier lieu celle d'obtenir au conten­tieux son annulation... de faire donc céder le gouvernement qui, selon nous, commet à la fois un « excès de pouvoir » et une « erreur manifeste d'appréciation »... le Conseil d'État sera saisi d'ici la mi-novembre de notre requête ; · d'obtenir également réparation... pas seulement la réparation ou le remboursement des dépenses engagées par nos trois régions au titre des études déjà conduites, mais une vraie réparation du préjudice économique et social que le retard pris du fait du Gouvernement va nous faire subir. Et la démission de 250 élus Creusois, pour protester contre le démantèlement des services publics, accentue encore plus aujourd'hui la légitimité de notre action. Toutefois, la voie contentieuse, la voie juri­dique n'est pas pour les trois Régions une fin en soi : c'est seulement un moyen de faire plier le gouvernement à côté d'autres moyens que nous comptons bien utiliser et qui sont surtout des moyens techniques et des moyens politiques. C'est pourquoi, sans porter de jugement de valeur sur les choix technologiques, nous démontrerons que, contrairement à ce qu'on veut nous faire croire, « le TGV pendulaire, ça marche... ».
C'est même la SNCF qui l'a proposé et c'est sur ce projet qu'il y a eu contractualisation entre l'État, la SNCF, RFF et les trois Régions. ... Oui, « le TGV pendulaire, ça marche » ou plutôt, « ça roule » : · c'est Alstom qui le dit: le président Denanot, ainsi qu'André Pamboutzoglou, vice-prési­dent en charge des Infrastructures et des Transports ont rencontré lundi 25 octobre à Limoges deux experts d'Alstom en pendula­tion, et ils ont garanti que la pendulation sur TGV est techniquement au point et que le TGV pendulaire pourrait être sur les rails du POLT d'ici 2 ans, mais ils ont aussi confirmé que des trains pendulaires roulent déjà. C'est pourquoi, aussi, pour nous,... TEOZ comme TGV riment (ou rament) avec grande illusion » ou surtout « grande désillusion »... · le TEOZ d'abord, présenté par le CIADT comme alternative immédiate au TGV pendulaire... Pour nous, TEOZ, c'est peut-être un peu plus de confort (encore que?) mais c'est surtout: aucun gain de temps, un coût plus élevé et des restrictions d'accès, et aucune possibilité d'interconnexion avec la gare TGV de Roissy - Charles de Gaulle, donc pas de liaison avec le réseau TGV européen. Si c'est cela l'alternative qu'on nous propose pour nous calmer ou nous faire patienter, clairement nous n'en voulons pas... D'autant plus que les informations que nous avons sur la ligne Paris-Clermont ne sont pas aussi bonnes que veut bien le dire la SNCF... · le TGV ensuite... ce barreau de TGV classique Poitiers-Limoges censé mettre Limoges à 2 heures de Paris, et Brive à 3 heures, un TGV électoral imaginaire. · Car oui, ce « barreau est imaginaire : aucune étude n'existe aujourd'hui alors que pour le TGV pendulaire, elles sont faites - des essais ont même eu lieu - et puis, comme le disait M. Gallois en juillet avec une sincérité touchante, « conformément aux décisions du dernier CIADT, de nombreux projets doivent être traités en priorité (sous-entendu : pas forcément celui-là). Selon M. Raffarin, ce TGV est intégré au schéma national des grandes infrastructures de transport, dont le CIADT a reconnu lui- même qu'il était établi... à l'horizon 2025! Alors, qu'on ne vienne pas nous dire que nous manquons d'ambition » alors qu'on nous fait prendre encore 20 ans de retard ! Aujourd'hui, nous n'avons plus le temps ; alors, nous disons : ça suffit ! Nous n'avons plus le temps et nous n'avons pas non plus d'argent supplémentaire à gaspiller: nous, les Régions. et la collectivité publique en général, vu l'état de nos finances publiques, celles de la SNCF et de RFF. Or, le TGV pendulaire coûte 310 millions d'euros - et on nous explique que ce serait trop cher ou pas rentable - alors que le coût d'un TGV circulant en site propre entre Limoges et Poitiers avoisinerait deux milliards d'euros. Non décidément, tout ceci n'est pas sérieux, on nous leurre, on nous berce de douces illusions qui ne sont en réalité que sévères désillusions. C'est pourquoi, enfin, notre mobilisation est politique, au vrai sens terme : elle s'adresse en priorité à l'op inion publique car nous voulons mobiliser l'opinion pour faire fléchir le gouvernement. Pour mobiliser, il faut convaincre : c'est ce que nous nous emploierons àfaire dans les semaines et les mois qui viennent et nous souhaitons le faire à grande échelle. De ce point de vue, la rencontre du 27 octobre n'est que le premier maillon de cette vaste chaîne créée dans le seul but de faire prévaloir l'intérêt de nos territoires face à l'arbitraire et aux choix politiciens du gouvernement Raffarin. Nous demandons et nous obtiendrons justice pour nos territoires qui ont besoin de la soli­darité nationale comme beaucoup d'autres, qui en ont eux déjà bénéficié. Notre combat ne fait que commencer.
Gérard VANDENBROUCKE (PS) Christian AUDOUIN (PCF) Michel FOURGEAUD (ADS) Ghilaine JEANNOT-PAGES (Les Verts)