Liste des thèmes

Liste non exhaustive des thèmes

 

Il est impossible de donner un  modèle pour chaque cas particulier dans lequel se trouve un citoyen. Ce qui précède constitue  juste une manière de donner des idées d’interventions écrites. A vous d’imaginer la lettre du riverain impacté », de celui qui voudrait une tranchée couverte près de chez lui au lieu de la voie nue, de celui qui craint l’expropriation alors qu’il n’est pas en mesure de déménager, etc, etc.
Voici maintenant les cas de figures auxquels nous avons pensé. Le citoyen peut se situer comme :

–        Contribuable : il évoque le montant de ses impôts, peut citer l’augmentation de la taxe sur les produits pétroliers, déjà effective en Limousin.

–        Soucieux de l’argent public, il met en doute la rentabilité du projet (citer la page de l’Ae qui le dit) , ou (et) il fait la corrélation entre la LGV et le POLT bientôt asséché. Formule à employer par exemple  : « c’est soit la LGV soit l’amélioration du POLT, les finances publiques ne permettront pas de faire les deux. »

–        Soucieux de la démocratie : pourquoi cette précipitation à mettre à l’enquête publique ? Arguments : pourquoi ne pas attendre le résultat de la commission Mobilités 21 ? Pourquoi ne pas respecter le rapport Bianco ? N’y a-t-il pas favoritisme comme c’est le cas pour l’affaire du tribunal de Tulle ? Ce favoritisme apparent ne risque-t-il pas de se retourner contre le Président de le République ?

–        Soucieux des dessertes : les douze A/R pour Paris sont théoriques mais ne tiennent pas compte des compagnies qui feront circuler des trains (ouverture à la concurrence, rentabilité aléatoire, fin du service public). Cela est présenté comme 12 A/R certains alors que rien ne permet d’affirmer, dans le dossier d’enquête publique, que ce sera une réalité concrète. C’est à mettre en parallèle avec la lettre de Bussereau (lettre qui peut être citée et jointe en copie) sur l’assèchement du POLT.

–        Soucieux du développement durable : le dossier de RFF emploie souvent cette référence au développement durable. Pourtant l’Autorité environnementale estime que les nuisances ne sont pas correctement répertoriées (utiliser le doc de Claudine pour citer précisément), que la réalisation sans ouvrages d’art ne permet pas le développement durable, que les dégâts environnementaux seront considérable …

–        Soucieux de la protection des espèces animales protégées (dire les espèces qui vivent sur le tracé et qui ne sont pas répertoriées dans le dossier d’enquête publique).

–        Soucieux de la protection des espèces végétales (dire les espèces protégées régionalement ou nationalement, qu’on trouve sur  le tracé et qui ne sont pas répertoriées dans le dossier d’enquête publique).

–        Chasseur : il critiquera le cloisonnement de l’environnement, l’inefficacité et le faible nombre de passages de gros gibier, l’absence de transparence pour le peit gibier (exemple : lièvre), les réserves coupées en deux, etc.

–        Riverain de la ligne future et des travaux : possibilité de produire des photos de chantiers de LGV et une photo du site habité par le citoyen qui écrit. Futur riverain de la ligne en exploitation : où sont prévus les merlons anti-bruit ? Quid des vibrations ?

–        Pêcheur : les ruisseaux coupés par le trajet LGV vont devenir des oueds, débordant lors des pluies ordinaires, dangereux en cas de pluies intenses, à sec l’été (car la LGV va augmenter considérablement le volume d’eaux de ruissellement et le drainage des zones humides. Les désherbants d’entretien des voies vont se retrouver dans les ruisseaux, polluant ainsi les milieux piscicoles.

–        Exploitant d’activités locales, nécessitant le calme : exploitant de chambres d’hôtes, travailleur à domicile, artiste peintre, sculpteur, écrivain … Décrire la perte d’exploitation, voire la nécessité de déménager alors même que le lieu d’exploitation est à plus de 25 mètres de l’emprise LGV.

–        Inquiet de la phase travaux : les passages de camions ni leur nombre  ne sont  précisés, les modalités d’entretien des voies dégradées par les camions non plus, le volume du bruit du chantier non plus …

–        Inquiet des dépôts de matériaux et bases chantiers ou bases de maintenance. Habitant en zone inconstructible, il avait l’espérance légitime de ne pas subir de troubles de jouissance.

–        Atteint moralement : le dossier d’enquête publique ne prévoit pas la réparation du préjudice moral terrible que subiraient tous ceux qui avaient fondé leurs espérances sur le calme de leur lieu de vie. Variante avec les personnes âgées désespérées.

–        Propriétaire de puits, d’abreuvoirs et autres points d’eau situés au dessus d’une tranchée ouverte pour la LGV. Il faut décrire le lieu du point d’eau, sa situation surélevée par rapport à la partie basse d’un déblai et en déduire l’assèchement. La distance par rapport à la ligne doit être précisée et si possible la nature du sol pour montrer que le niveau de l’eau souterraine sera abaissé, même à distance. Quelles compensations offertes par RFF ?

–        Sensible à la protection du petit patrimoine bâti : lavoir, croix sculptée, chaussée de mare, etc.

–        Inquiet du remembrement : ne sont pas précisées les modalités de l’AFAF (inclusion ou exclusion d’emprise).

–        Inquiet des métaux lourds trouvés sur certains sites (ex : Chauvour à Peyrilhac, mines de Vaulry : risques de pollution et  risques sanitaires.

–        Inquiet de la création d’une route à deux fois deux voies le long de la LGV. Si la LGV attire cette autre infrastructure, la punition est double pour les riverains.

–        Sceptique au sujet de la neutralité du garant de la concertation : quelle neutralité pour celui qui approuve la LGV alors qu’il est garant de la concertation ? Idem pour les prises de position du préfet avant même le déclenchement de l’enquête publique (« le projet est irréversible »).

–        Inquiet pour la protection et la gestion des forêts coupées en deux. Préjudice d’exploitation du bois (pour le couper, pour le débarder, …). Inquiétude pour les bois du Roy à Bellac.

–        Usagers de la nature : VTT, randonneurs, chercheurs de champignons dont l’activité est mise en péril pour le cloisonnement et l’assèchement de l’environnement.

–        Inquiet pour les zones humides non protégées, qui sont les viviers du Limousin et du Poitou.

–        Possibilité de citer l’avis très défavorable à la LGV, avis délivré par le Conseil Municipal  de Peyrilhac en Haute-Vienne et par des communes de Vienne.

 

1 comment for “Liste des thèmes

  1. 28 juin 2014 at 1 h 51 min

    Tu as comple8tement raison, ce porjet va bien au dele0 d’un simple trace9 ferroviaire, il y a des implication culturelles, e9cologiques et surtout des perspectives e9conomiques tre8s importantes. Il serait absolument aberrant de se passer d’un tel porjet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam