Pour la gare de Cahors, une nouvelle lutte est en marche

LOGO officiel rectangulaire22 novembre 2014 à 09h20

A l’appel du collectif « Cahors  Gare Vivante », une première manifestation a réuni près d’une centaine de personnes hier en fin de journée à la gare. Un nouveau combat vient de démarrer.

En moins d’un mois, le collectif Cahors Gare Vivante organisait hier soir sa troisième action pour la défense des services et des dessertes en gare de Cahors. Devant les guichets, le mot d’ordre était à la mobilisation générale. «Le premier combat est la réouverture du guichet le samedi après-midi, le dimanche et les jours de fête. Et ce soir nous le maintiendrons ouvert jusqu’à 18 heures» a lancé Philippe Jorrey du syndicat CGT cheminots. Après un premier rassemblement en gare le 1er novembre et une incursion à la séance du conseil municipal de Cahors mardi, cette nouvelle manifestation avait pour but de rassembler les troupes et de lancer le mouvement. Près d’une centaine de personnes ont répondu à l’appel du collectif. Aux côtés des usagers, des syndicalistes, des associations dont une trentaine de gilets jaunes de «Tous ensemble» venus de Gourdon et des élus — Yannick le Quentrec, Isabelle Eymes, Geneviève Lasfargues ou encore Serge Despeyroux — ont pris part à la mobilisation. Attendu, le maire de Cahors était représenté par son adjoint aux sports, Alain San Juan, qui a insisté sur la motion votée à l’unanimité par le conseil municipal mardi. «Il était temps» ont souligné plusieurs intervenants dont le vice-président de l’association Urgence Ligne POLT, Jean-Noël Boisseleau. «La gare de Cahors est aujourd’hui moins ouverte au public que les gares de Gourdon, de Souillac et de Figeac alors que c’est la plus fréquentée» a noté l’expert ferroviaire. «Il n’est jamais trop tard» a lancé Serge Laybros. Au-delà de Cahors, c’est l’avenir du rail dans le Lot que les manifestants veulent défendre. «Il faut que Cahors devienne la mère des batailles, sinon ce sera toute la desserte ferroviaire du département qui partira en lambeau» a ajouté Serge Laybros pour qui «un nouveau combat commence». Tous ensemble.

«Aucun changement en 2015» selon la SNCF

Pour la direction régionale de la SNCF, l’avenir de la gare de Cahors n’est pas «le sujet». Elle préfère parler des évolutions d’organisation opérées en fonction des attentes et des besoins locaux. Concernant les dessertes, «au service annuel 2015, aucun changement n’est prévu concernant les offres ferroviaires existantes actuellement» assure la SNCF qui prévoit «des investissements importants en 2015 au niveau de la gare : aménagement d’une boutique du quotidien, renouvellement du téléaffichage, travaux d’accessibilité, toilettes automatiques gratuites. Ces investissements montrent que la gare de Cahors bénéficie, comme d’autres gares en France, d’une véritable attention pour améliorer le service offert aux voyageurs». A propos de la mise en service en 2017 de la ligne POLT, le terminus des trains à Brive ne serait qu’«un scénario» dans la réflexion engagée. Enfin la réduction des heures d’ouverture du guichet de la gare de Cahors répond à «la baisse du volume de ventes (moins 8 % en 2013 par rapport à 2012 et moins 7 % en 2012 par rapport à 2011)». Une baisse qui s’amplifie en 2014.

 Source La Dépêche du 22/11/14

2 comments for “Pour la gare de Cahors, une nouvelle lutte est en marche

  1. CHAUFFIER JP
    23 novembre 2014 at 10 h 25 min

    Et voilà une fois de plus la preuve flagrante du « détricotage » programmé de ce que devrait-être un véritable service public au service du public. Pourquoi Cahors ferait exception? Je pense que beaucoup d’autres gares de l’axe PALITO ou POLLT sont dans cette problématique et sont impactées voir condamnées uniquement par des choix de « gestion comptable » propre à des sociétés gérées exactement comme des entreprise privées, bien loin des attentes et des besoins des utilisateurs, très éloignées de l’aménagement « équitable » des teritoires , permettant de lutter contre la désertification et la disparité devant les offres de transports publics. C’est bien tous ensemble que l’opposition et le refus de ces inepties doivent s’oppérer: Usagers, Associations, Syndicats, Elus, Cheminots……Ferroviairement vôtre JP. Chauffier Limoges

  2. Marie-Andrée Fradet
    22 novembre 2014 at 10 h 41 min

    « baisse du volume des ventes » !!!!! : alors vous serez punis, on réduira les ouvertures de guichet !!!! et vous irez voir ailleurs (chez les grecs, peut-être ? ) !
    « évolution d’organisation »
    « rien n’est prévu »…. pour l’instant
    on veut « améliorer le service offert »
    le terminus des trains à Brive « ne serait qu’un scénario » !!!!!! : c’est pour un western ??? dans un désert limousin ?
    Il faut que ces gens-là arrêtent de nous prendre pour des imbéciles.
    Je ne sais pas qui les a formatés, mais je sais qui les paie !

Comments are closed.