Un ex-conseiller de Mme Lagarde soupçonné d’avoir fait modifier un tracé LGV pour sa mère

LOGO officiel rectangulaire17 novembre 2014 à 07h58

En pleine enquête publique qui doit se terminer le 8 décembre 2014, RFF est cité à comparaître par des opposants au tracé de la LGV Bordeaux Dax, dans le cadre du procès d’un ex-conseiller de Bercy.

Rappel des faits :

Cet ancien haut fonctionnaire de Bercy aurait utilisé son influence pour détourner le tracé d’une ligne à grande vitesse qui devait traverser la propriété de sa mère, dans les Landes.

Un ancien conseiller de Christine Lagarde au ministère de l’Economie et des Finances a été mis en examen mardi pour prise illégale d’intérêts. François-Gilles Egretier est soupçonné d’avoir usé de sa position pour détourner le tracé de LGV ,  qui doit relier Bordeaux à l’Espagne. Il aurait voulu l’empêcher de traverser un domaine familial, dans les Landes.

La ligne devait en effet passer sur une propriété de 30 hectares appartenant à la mère du haut fonctionnaire et située sur la commune d’Uchacq-et-Parentis. Mais le tracé initial ,retenu par RFF , avait été ensuite relevé 3 km plus au nord en 2010. «Il s’avère que cela s‘est fait sur l’initiative de ce conseiller», affirme Me Adrien Ville, l’avocat de l’association Les voix du fuseau nord, à l’origine de la plainte.

Une simple erreur de destinataire

Comme preuve de leurs affirmations, les plaignants avancent des e-mails «explicites» reçus par erreur par Robert Tauziat, leur porte-parole. «J’ai reçu des courriers qui n’auraient jamais dû m’arriver», explique-t-il. Ces messages font état de rendez-vous entre François-Gilles Egretier et Dominique Bussereau, ex-secrétaire d’Etat aux transports, ainsi qu’avec Jean-Marc Delion, alors directeur général délégué de Réseau ferré de France (RFF), avec pour objectif d’évoquer un nouveau projet.

«Ils montrent clairement que François-Gilles Egretier voulait modifier le tracé dans son intérêt personnel, souligne Me Adrien Ville. Dans ces messages, «personne ne cache les contacts établis pour faire en sorte que le tracé ne passe plus dans le jardin de la mère du fonctionnaire de Bercy». Il ajoute que RFF est sous la tutelle de deux ministères. Celui des Transports et celui de l’Economie. «À partir de là, on peut supposer qu’il y a eu une influence certaine», conclut-il.

Une première plainte avait été déposée en 2010 et classée sans suite en 2012. En septembre 2012, une instruction avait été ouverte par le pôle financier du parquet de Paris et menée par  le juge Renaud Van Ruymbeke, conduisant à la mise en examen de François-Gilles Egretier. Me Adrien Ville s’est dit «satisfait que le juge d’instruction parisien» les ait «écouté».

L’affaire judiciaire est à suivre avec beaucoup d’intérêt.

 

 

 

1 comment for “Un ex-conseiller de Mme Lagarde soupçonné d’avoir fait modifier un tracé LGV pour sa mère

  1. 19 novembre 2014 at 19 h 23 min

    Maintenant j’en sais un peu plus sur le sujet 😉

Comments are closed.