La Cour des comptes dénonce les folles dérives du TGV

samedi 18 octobre à 7h21

Le rapport de la Cour des comptes sur la grande vitesse ferroviaire, présenté officiellement jeudi 23 octobre, dénonce la faiblesse coupable de l’État et des élus qui ont voulu étendre le réseau TGV à tout prix.

Le TGV en perte de vitesse depuis deux ans est la cible de sévères critiques de la Cour des Comptes. Quelques «fuites» ont été publiées vendredi soir , alors que le rapport sur la grande vitesse ferroviaire doit être officiellement présenté jeudi.

Les dirigeants de la SNCF, ceux de RFF, les élus, l’État, ont tous contribué a faire dérailler le TGV qui alourdit la dette du système ferroviaire faute de rentabilité. En 2013, la marge opérationnelle du TGV est revenue à 11,4 % contre 14,2 % en 2011. Cela a poussé la SNCF a déprécier de 1,4 milliard d’euros la valeur de son parc de TGV dans ses comptes en 2013.

Première erreur, les études de rentabilité réalisées en amont pour décider de lancer une nouvelle ligne de TGV sont systématiquement trop optimistes. Conséquence, la rentabilité des lignes est très inférieure aux prévisions. La LGV Nord atteint 3 % contre 12,9 % prévus. La LGV Méditerranée affiche 4,1 %, soit deux fois moins qu’espéré. Le tronçon Poitiers-Limoges est pointé du doigt.

L’État complice des élus

Ce déséquilibre conduit à subventionner lourdement le fonctionnement de ces lignes, «jusqu’à 80 %» indique la Cour des comptes. L’État se rendrait complice de la pression politique exercée par les collectivités quitte à perdre de vue la rationalité économique du projet. Ainsi, le maillage extrêmement large du territoire – pour satisfaire tous les élus est une hérésie économique. Les TGV desservent ainsi 230 gares en France, un outil d’aménagement du territoire ruineux.

Autre faiblesse coupable: le montage financier trop souvent relégué au second plan. «La recherche de financements pour la LGV Tours-Bordeaux est intervenue 12 ans après le lancement des études et seulement quatre ans avant le début des travaux», relèvent les sages de la rue Cambon.

Surtout la SNCF n’a pas réussi à freiner la dérive des coûts de son TGV. L’Europe ne l’a pas aidée en cherchant à quadriller le continent du nord au sud et d’est en ouest en poussant des projets de LGV comme Lyon-Turin et la liaison de Bordeaux à l’Espagne.

La dérive des salaires

La Cour ne manque pas d’ironie en relevant que la disette budgétaire coupera court à la surenchère des projets. Pendant ce temps la SNCF devra restaurer la rentabilité de cette activité. Certes, la hausse des péages versés à RFF pour l’utilisation du réseau a pesé sur les bénéfices du TGV mais la Cour des Comptes pointe surtout la dérive naturelle des salaires, liée à la progression automatique des rémunérations des cheminots. Avec une dette de 44 milliards d’euros, le groupe ferroviaire – SNCF et RFF réunis – se retrouve ne situation de grande faiblesse. «Le risque est grand de voir le transporteur national aborder l’inéluctable ouverture à la concurrence de son activité voyageurs dans une position de faiblesse préjudiciable à son avenir».

Les dirigeants de la SNCF avaient prévu de présenter un scénario de sortie de crise pour le TGV, le rapport de la Cour des Comptes servira d’état des lieux avant la présentation de ce vaste chantier.

( Source Le Figaro du 17/10/2014)