Congrès de l’ARF ( Association des Régions de France) à Toulouse les 9 et 10 octobre 2014

Lors de son congrès de Toulouse, l’ARF fait 10 propositions pour réussir la réforme territoriale.

La proposition 3 concerne les Transports.

Les TER transportent 1 million de voyageurs par jour ; le Transilien en transporte 3 millions ; les TGV et les trains Intercités seulement 400 000. Le trafic régional (TER et Transilien) représente 90 % des usagers quotidiens des trains SNCF.

Les Mesures proposées par l’ARF sont :

  • Investir dans la modernisation du réseau et dans des nouveaux trains régionaux plus confortables, plus performants, plus capacitaires et plus accessibles.
  • Développer les services de transports régionaux et mettre en place de nouvelles politiques tarifaires.
  • Mieux coordonnées les différents mode de transports , faciliter l’inter modalité, et améliorer l’information des voyageurs pour planifier leurs trajets de porte à porte

Nous sommes bien loin des préoccupations de certains de nos élus régionaux qui veulent à tout prix leur LGV.

Comment améliorer ce qui est décliné ci-dessus si l’argent passe pour la LGV. Le chiffre de 700 M€ pour les collectivités a été annoncé alors que le budget annuel régional, dédié aux transports est d’un peu plus de 80 M€ annuel.

A la deuxième page, nous découvrons les armatures des systèmes urbains français. Nous y découvrons ( O surprise !!!!) que si la région Poitou-Charentes est bien liée à l’Aquitaine, le Limousin se trouve seul).  Alors pourquoi vouloir se fourvoyer avec l’Aquitaine? La question est posée.

Bonne lecture avec cette proposition 3.

3 comments for “Congrès de l’ARF ( Association des Régions de France) à Toulouse les 9 et 10 octobre 2014

  1. Daredius
    10 octobre 2014 at 15 h 54 min

    Il n’y a aucune logique géographique à faire dépendre Limoges, son aire urbaine et le Limousin de l’Aquitaine. Limoges exerce son influence sur sa petite région, indépendamment des autres métropoles. C’est ainsi qu’il faut lire le document de l’ARF, qui émane de la DATAR (1999, encore valable aujourd’hui).La suppression du Limousin est une aberration, et aboutira immanquablement à trois choses:
    – la transformation du Limousin en zone de confins (« à quoi bon investir sur le POLT puisque Limoges n’est plus capitale régionale »?);
    – la disparition d’au moins 3000 emplois. Des élus limousins savent bien que la DRAC, le CRDP, et autres administrations décentralisées vont être supprimées;
    – une accentuation sans précédent du déclin démographique du Limousin, avec le départ d’une partie de ses habitants (classes moyennes liés au statut de capitale régionale dont bénéficie Limoges).

    Cette réforme n’est qu’un prétexte pour transférer 11 milliards d’euros des collectivités locales au patronat dans le cadre du « pacte de responsabilité ».
    Je me demande ce que font les syndicats en Limousin, pourquoi seule la FSU s’est inquiété des conséquences de cette réforme. En particulier, que font la CGT? FO? Les syndicats de territoriaux? S’ils acceptent ce démantèlement du Limousin, ils s’en feront les complices. CQFD

    • Un Limousin
      10 octobre 2014 at 18 h 00 min

      Je suis entièrement d’accord avec ce qui est écrit. La fusion avec l’Aquitaine n’est absolument pas justifiée. Les élus limousins qui nous l’imposent sans aucune démocratie n’ont aucun argument valables. Comment peut-on croire que la disparition de Limoges en tant que capitale serait une bonne chose? Nous n’avons aucune garantie, notamment quant à l’emploi, mais également pour ce qui concerne l’avenir de l’économie du Limousin (=baisse du nombre de salariés signifie moins de clients pour les commerçants, les artisans, etc…).
      L’attitude des syndicats est très troublante: aucune réaction face à cette destruction annoncée d’emplois! Sont-ils naïfs au point de croire en la propagande des élus qui défendent cette réforme? C’est inquiétant…

  2. JG82000
    10 octobre 2014 at 15 h 33 min

    Pourquoi toujours faire du neuf ailleurs (Bordeaux – Toulouse et Poitiers Limoges) alors qu’il existe une ligne structurante POLT qui irrigue la partie centrale Nord – Sud de la France ? La SNCF annonce la possibilité de faire de Brive le terminus de POLT et de réduire le trafic Limoges Paris via Orléans dès la mise en service de la LGV Tours – Bordeaux au prétexte qu’il faudra rentabiliser cette nouvelle ligne. Les territoires du centre de la France de Montauban à Brives seront condamnés à augmenter leur temps de trajet mais aussi leur budget pour se rendre à Paris . Cette ligne structurante POLT doit être conservée et rénovée et s’articuler avec le réseau TER.

Comments are closed.