LETTRE OUVERTE AUX DERNIERS DES FINANCEURS LOCAUX

Limoges le 15 novembre 2011.

LETTRE OUVERTE AUX DERNIERS DES FINANCEURS LOCAUX.

Madame la Présidente du Conseil Général de la Haute-Vienne, députée,
Monsieur le Président de l’Agglomération de Limoges, député,
Monsieur le Président du Conseil Régional du Limousin,

Il est toujours possible d’arrêter les frais provoqués par des décisions dont la légitimité originelle est progressivement mise à mal par le mouvement « progressif » du réel.
C’est ce qu’il est en train d’advenir avec le Barreau LGV Poitiers-Limoges, désossé de ses voyageurs au nord, à l’est, et sans doute aussi au sud. Ceux-ci sont transférés d’un projet sur l’autre mais comptabilisés deux fois ! Le nombre potentiel  de voyageurs escompté par RFF pour la LGV tend de plus en plus vers la moitié des prévisions initiales.
Et comme ce nombre est un élément déterminant dans le calcul du financement du projet d’une nouvelle ligne, plus il baisse, plus les Collectivités locales, l’Etat et RFF devront payer. Plus encore le coût du transport sera élevé pour les usagers.

Il est donc temps :
– de faire l’effort d’abandonner ce projet ni viable, ni exploitable par aucun opérateur ferroviaire ;
– de reconsidérer leur point de vue au  regard de nouvelles données et de s’orienter vers une solution  tenant compte de la desserte ainsi que  de l’aménagement durable de notre territoire et passant par la modernisation de la ligne POLLT.

Pourquoi en est-on arrivé là ?
Il suffit d’écouter ce qui est dit et proposé dans le Débat Public concernant le  doublement de la LGV Paris-Lyon, le projet POCL.
Lors de la présentation de ce projet aux élus de l’Auvergne le 15 juin 2011, au nom  de la complémentarité TGV-TER, RFF présente une carte sur laquelle Clermont-Ferrand est à 2 h de Paris. Ussel et Aurillac sont raccordées au POCL par Clermont-Ferrand en 1h50 et 2h40. Passer par Brive ou Limoges n’a plus aucun intérêt.
Le 4 novembre dernier, à Guéret, RFF se dit prêt à comptabiliser les voyageurs de la CREUSE, au moins jusqu’à La Souterraine et Guéret. Et le Directeur du Service Voyageurs de la SNCF pense que l’on peut faire circuler des rames TGV au-delà de Châteauroux jusqu’à Limoges.
De plus : si, en accord avec les Collectivités de la Dordogne, la ligne Périgueux-Coutras est électrifiée, Périgueux sera directement relié à la LGV-SEA. Et, si LGV il y a entre Bordeaux et Toulouse, Cahors y sera reliée au niveau de Montauban.

Comment peut-on ne pas entendre cela ?
Les « comptables » de cette LGV Limoges-Poitiers, déjà divisée par deux parce qu’à voie unique, voient fondre leur clientèle potentielle de moitié et diminuer la rentabilité espérée, pourtant déjà en-dessous du seuil plancher !
Le projet LGV Limoges-Poitiers, contesté unanimement par les élus creusois, voit son financement compromis par le Conseil Général de la Corrèze, en état de quasi-faillite, et amputé de sa douce moitié du Poitou-Charentes.
Les « financeurs » territoriaux restants ne veulent rien entendre, ne veulent rien comprendre. Ne voient-ils pas que leur LGV Limoges-Poitiers est en train de se transformer en LGV Limoges-Moitié ?

Au nom du collectif NON à la LGV LP & OUI au POLLT,
André THEPIN, porte-parole.

Site : http://limogespoitiers.com – Adresse contact : contact@limogespoitiers.com