La RN 147 ou comment « LES MOUCHES ONT CHANGE D’ANE, ou LES ANES ONT CHANGE DE PICOTIN … »

« Sujet désespérant », prévient le Maire de BELLAC en ouverture de la réunion qui se tient ce vendredi soir.

Regardant les occupants de la tribune, je me suis demandé s’il ne fallait pas mettre ces deux mots au pluriel, quand on connaît la responsabilité écrasante des soi-disant décideurs qui vont pérorer pendant la soirée. C’est en effet à désespérer que de les entendre rejeter la responsabilité sur d’autres de l’état de fait actuel  de cet axe routier « prioritaire » paraît-il, dans un mélange des genres parfois ahurissant.

De la rature de l’inscription au SNIT  aux études validées puis invalidées par l’Etat, en passant par la privatisation des autoroutes et le report de l’écotaxe, tout leur fait ventre pour dissimuler les décisions qu’ils ont prises allant à l’encontre de l’aménagement de la RN 147, et escamoter leur incompétence.

Le pompon revient incontestablement à MF PEROL-DUMONT qui oublie sciemment son dialogue du 1er mars 2011 avec le Secrétaire d’Etat MARIANI lui rappelant qu’elle a fait le choix du « projet de la LGV Limoges-Poitiers par la loi Grenelle », que l’aménagement de la RN 147 « concurrencerait directement » ce projet, et que s’il n’y a pas eu de crédits spécifiques pour la RN 147 dans sa partie haut-viennoise (alors qu’il y en a eu pour la Vienne), « c’est que le Limousin n’avait rien demandé ». Bravo !

Ce compte-rendu n° 30 de la « Commission du développement durable et de l’aménagement du territoire » a été publié dans la lettre n° 84 du 31.10.2012, de Claude PEYRONNET.

Elle est là la « réponse » que la nouvelle députée de la circonscription, élevée à la langue de bois, dit chercher à la question : « comment se fait-il que rien n’a été fait pendant 10 ans ? ». Ce ne sont ni la proposition d’une autoroute avec Partenariat-Public-Privé, ni celle d’un autre tracé appelé POLIS, qui sont à l’origine du retard pris sur la RN 147, comme le prétend MF P-D.

Perol dumont et la RN147 à l’Assemblée Nationale le 1 er mars 2011 ( voir les parties surlignées pages 14 à 17)

Voir aussi la question au Sénat de JM Demerliat le 24 mars 2011

Ce sont les choix de la Région du Limousin, du CG-87, de Limoges Ville et Métropole, l’obstination des exécutifs à vouloir « leur » TGV, un train pour quelques-uns fût-ce au détriment du train pour tous, qui sont la cause de la situation actuelle.

Et ce n’est que pour tenter de dissimuler cette responsabilité qu’ils ne sont pas avares de promesses financières. Non pas avec leurs sous, mais avec nos contributions, nos impôts.

 Mais écoutez-les bien : 10 % du coût, dit MF P-D au nom des 38/42 élus du  CG-87, pour une dépense qui n’est pas de la compétence du CG, auquel l’Etat « doit » par ailleurs des millions d’euros ! De quel coût ? Du premier tronçon ? De l’ensemble de la partie haute-viennoise renvoyée à 10, 20, 30 ans, alors qu’elle-même se sera retirée, espère-t-elle, sous les dorures du Sénat ? Et encore ceci : « l’Etat doit être le financeur majoritaire sur ce dossier »…Quand on connaît l’état des finances publiques…

JP DENANOT, pour l’exécutif de la Région qu’il préside encore pour quelques mois avant de prendre enfin son envol dans l’espace européen, rappelle avec prudence que le rail régional va coûter 370 millions d’€ pour être remis en état, que la Région n’est pas assurée que la SNCF contribuera à hauteur de 10 % de cette somme, et que donc, pour ce qui concerne les routes, la Région ne signera pas « en-dessous d’un certain seuil ». Lequel ? Il vous faudra demander à son successeur…

Il peut toujours se réjouir que Poitou-Charentes et Limousin soient sur la même longueur d’onde pour les routes, mais oublie de rappeler que la Région Poitou-Charentes présidée par Ségolène ROYAL, attendue mais absente à cette réunion, ménage aux automobilistes le taux de TIPP le plus bas de France et refuse de payer la part de LGV Tours-Bordeaux qui traverse sa région, alors que le Limousin inflige aux automobilistes le taux de TIPP le plus élevé et participe au financement d’une ligne « grande vitesse » où le barreau Limoges-Poitiers n’est pas prêt de  se raccorder.

Conclusion de ce faux débat « consensuel » : nous avons déjà payé et nous allons continuer à payer localement pour un aménagement dont la réalisation va dépendre des possibilités financières nationales de l’Etat. Bonjour le temps d’attente !

Mais « avec l’espoir au cœur », dit le député en mission de Montmorillon, l’espoir qu’un jour viendra, peut-être, une belle route s’offrira, non pas à nous, il est lucide  ce garçon, mais à nos arrière-petits enfants.

Ou seulement un tronçon. Lequel ? demande la salle

« Ah, non ! Vous n’allez pas commencer à vous quereller pour ce qui n’est même pas encore décidé », « acté » disent les savants.

« Oui, mais on voudrait bien savoir quand même », dit la salle.

Argument bien commode : le Préfet a découpé en 3 tronçons, dont la réalisation sera espacée…de 10 ans entre deux ! En commençant par la partie allant de la RN 520 (ancienne D 2000, que l’Etat a récupérée et doit préalablement mettre à 2×2 voies) à La Pivauderie. Bingo !

« Et pourquoi on ne commence pas en partant de Bellac, là où c’est le plus accidentogène ? ».

« Parce qu’à l’autre bout, c’est là que c’est le plus difficile, c’est là où il y a davantage de mitage », répond Mme la présidente du CG-87, « scientifiquement », le mot n’est pas exagéré tant prétention et assurance, arrogance sont présentes. « Mitage », qu’est-ce que cela veut dire ?

Mais oui, bon sang, bien sûr, cela désigne les « gens », les maisons, les habitants, les artisans, les entreprises, les paysans, toutes celles et tous ceux auxquels la nouvelle députée de bois recommande de la tribune de ne pas constituer des associations pour se défendre, se faire entendre, peut-être même se battre, recourir contre, s’opposer, empêcher la dévastation de leur « bout de jardin ou de prairie » dit-elle, en tentant de se faire plaindre à cause, dit-elle, du bruit de la « circulation » qu’elle subit dans la ZUP de l’Aurence où elle habite.

Et sans doute est-ce vrai que c’est là qu’il y a le plus de gens. Et donc, si ces seigneurs du déménagement du territoire parviennent à leurs fins là où ce sera le plus difficile, – par quels moyens ? La question ne sera pas posée -, alors suggèrent-ils, le reste sera plus facile.

 Mais, si c’est très-très difficile, un peu comme ailleurs, du côté de Nantes ou des Alpes, du pays basque, de la Provence, alors ce n’est pas près de se faire.

Et celles et ceux qui redoutent de ne pas arriver à temps à la capitale régionale, à son hôpital (en voie de « réorganisation » sous la forme de réduction de personnels), seraient mieux inspirés de se préoccuper des possibilités locales d’accueil et de soins plus proches de leur domicile.

Aurait pu manquer le « bouquet » final

Mais, fort heureusement nous avons une nouvelle députée « de 50 ans », je n’invente rien. Inspirée par ses nombreuses remarques pertinentes, elle a débité en une seule phrase qu’elle était favorable à et demandait donc « la réalisation de la LGV Limoges-Poitiers, la modernisation du POLLT, une 2×2 voies entre Limoges et Poitiers, le maintien de la RN 147 actuelle »…

Ouf ! Personne n’a encore proposé de creuser un canal pour « structurer » (elle adore ce mot, d’acquisition récente semble-t-il), pour « désenclaver » le Limousin, car nous y aurions eu droit.

Fin de réunion

Et comme lors des assemblées annuelles de l’association pro-LGV LP, hébergée par la ville de Limoges, il y avait à boire et à manger. Nombreux ont été ceux qui en ont pris un petit dernier. Pour la route.

 

Au fait, avez-vous remarqué qu’il n’y a pas eu cette année, en novembre, de messe solennelle en faveur de la LGV, même pas une messe d’enterrement ?

Peut-être que celle de Bellac, avec d’autres officiants, était destinée à la remplacer…

 

Cordialement à toutes et tous

 

Robert ROLLAND        15 février 2014

1 comment for “La RN 147 ou comment « LES MOUCHES ONT CHANGE D’ANE, ou LES ANES ONT CHANGE DE PICOTIN … »

  1. RODIER
    5 mars 2014 at 16 h 49 min

    Se faire traiter d’anes pour avoir participés à une réunion publique qui nous concerne,est non seulement injurieux,mais bien bas venant de gens qui s’opposent à tout et tout le temps.
    Si effectivement les représentants,régionaux, de ce gouvernement n’ont rien fait pour la modernisation de l’axe RN 147 Bussière Poitevine/Limoges,n’oublions pas, non plus,que sous les trois précédents gouvernements,de droite,comme de gauche aucun des élus locaux,départementaux ou régionaux n’avait rien fait en ce sens!
    En ce qui me concerne j’ai pris acte de l’abandon des contribuables,riverains de la RN 147 sur son tracé au nord de Bellac.Les opposants au projet de modernisation n’ayant que faire des malades privés de soins,en raisons de temps de trajets hors protocole.
    Bernard RODIER

Comments are closed.